25 ans de dévouement : entrevue avec Christiane et Dany de la Fondation du CHUM

Christiane et Dany : 25 ans de dévouement pour la cause de la santé

À l’occasion du 25e anniversaire de notre fondation, notre PDG, Pascale Bouchard, s’est entretenue avec deux employées de longue date à la Fondation. Découvrez leur échange.  

Pascale Bouchard : Vous travaillez toutes les deux à la Fondation depuis sa création en 1998 et vous avez toujours la flamme. Où puisez-vous votre motivation?

Christiane Martineau : Oui, j’ai encore notre cause ancrée dans le cœur. Chaque nouveau projet qui se concrétise au CHUM est pour moi une petite victoire pour l’avenir de la santé. Je sais que ceux-ci feront une réelle différence dans la vie des professionnel·le·s et des personnes qui leur confient leur santé. Et ça, c’est ce qui me motive au quotidien.

Dany Savignac : C’est vrai qu’on pourrait croire qu’après tant d’années, la motivation s’essouffle, mais la Fondation et le CHUM sont en mouvement continuel, c’est stimulant. Au quotidien, j’échange avec des médecins dévoué·e·s envers leurs patient·e·s et avec des chercheur·euse·s passionné·e·s qui se dépassent et se réinventent sans cesse pour le bien-être de la population. Je sais d’où on vient et j’ai envie de voir jusqu’où on peut aller.

P.B. Avez-vous en tête un projet marquant qui a été propulsé par la générosité de nos donateurs et donatrices?
C.M. : Il y en a tellement! Je crois que le projet d’installation de stations multimédias dans l’unité des grands brûlés en 2011 est mon coup de cœur. C’est un petit département, il n’y a pas beaucoup de lits, mais l’impact a été concret pour les patient·e·s. L’objectif était de briser l’isolement de ces personnes et de leur changer les idées pendant leur hospitalisation. Le plus incroyable, c’est que les infirmières ont constaté une nette diminution de la demande d’antidouleurs par les patient·e·s qui avaient dorénavant la possibilité de s’occuper l’esprit.

D.S. : Je n’ai pas de projet en particulier qui me vient en tête. Je dirais que c’est tout simplement l’évolution et l’avancement constants de la médecine et de la recherche. Aujourd’hui, on parle d’intelligence artificielle, de robots chirurgicaux ou encore de télémédecine. Dans les années 90, on ne parlait pas de ça du tout, ça existait juste dans les séries de science-fiction. C’est tellement fort comme pensée, de se dire que notre communauté est au cœur de cette évolution!

Précédent
Suivant

P.B. Si vous aviez à nommer un évènement mémorable de votre carrière à la Fondation, que diriez-vous?
C.M. : Oh! c’est facile! En 2008, 1 h 30 avant le début du Dîner gastronomique, on venait de terminer l’installation des tables et de l’encan. Puis, il y a eu une tempête incroyable, et la tente s’est littéralement envolée, pour retomber quelques secondes plus tard. Nous avons dû appeler nos 250 convives pour leur annoncer que l’évènement serait reporté. Encore aujourd’hui, si je souris en repensant à ce fameux Dîner, c’est parce qu’à ce moment précis, j’ai compris l’importance d’être bien entouré. Croyez-le ou non, une semaine plus tard, nous étions prêts à tenir notre évènement-bénéfice, et les invités ont répondu présents. Un succès, et surtout une belle preuve de soutien de la part de notre communauté.

D.S. : J’ai vécu la fusion des trois hôpitaux, puis les trois fondations. Par la suite, il y a eu toutes les discussions entourant le choix de l’emplacement du CHUM tel qu’on le connaît. Ça reste des évènements déterminants dans l’histoire de notre fondation et de notre centre hospitalier. Maintenant, le CHUM et son centre de recherche sont au cœur de Montréal et accueillent chaque année des milliers de personnes qui ont besoin de soins spécialisés.

P.B. : Qu’est-ce qui vous rend le plus fières d’avoir consacré ces 25 dernières années à la Fondation et à son centre hospitalier?
 C.M. : De n’avoir jamais eu peur de me lancer de nouveaux défis et de repousser mes propres limites au bénéfice de mes collègues, de nos donateurs et surtout au bénéfice de tous ceux et celles pour qui le CHUM joue un rôle vital. En 25 ans, j’en ai fait, des campagnes de sollicitation! Un nombre incalculable de projets ont vu le jour grâce à la générosité de nos donateurs et donatrices, et ces projets ont aidé les patients du CHUM et ses professionnels. Cela me rend fière, car j’aime croire que nous aussi, on y est un peu pour quelque chose.

D.S. : J’ai participé à chacune des grandes campagnes de collectes de fonds et contribué de près ou de loin à l’atteinte des objectifs. J’ai été témoin à maintes reprises de la bienveillance et de la générosité des gens qui nous entourent. Surtout, j’ai créé des liens privilégiés avec des professionnel·le·s à qui nos donateurs et donatrices offrent les moyens de changer et de sauver des vies.  

icône coeur avec des rayons

Merci, mesdames, de vous être prêtées au jeu. Nous avons beaucoup à apprendre de votre bagage impressionnant. Merci de nous accompagner encore dans notre mission, si chère à votre cœur! 


Soyons plus proches que jamais,
inscrivez-vous à notre infolettre!